Back   ·   Go to media page

Les 3 grands Principes de L’Ordre Naqshbandi 1/3

Le premier Principe : L’I’tiqad envers le Sheikh

Mevlana Sheikh Hisham Kabbani

Oakland – États-Unis

le 16 Mars 2009

Bismilahi ir Rahman ir Raheem.

Les Awliyya… il leur a été donné une vision _ Bassîra _ et une miséricorde dans cette vision _ Bassira_. Ils peuvent comprendre les êtres dès qu’ils les rencontrent, et quand bien même ils ne les ont pas vus, ils peuvent sentir leur fragrance. Les Awliyya et les Anges connaissent les gens à partir de leur odeur : et c’est le premier niveau de leur capacité. De fait, ils peuvent comprendre et identifier une personne en fonction de l’essence qui se dégage d’elle et chaque être humain en a une unique, différente de tous les autres…

Les Awliyyas peuvent détecter cette fragrance, ce parfum sur chaque personne et ils détectent si c’est une fragrance d’orgueil, de fierté, de mensonge, de tricherie… d’un incroyant, d’un croyant, d’un connaissant, d’un ignorant, d’un ange…

Le Prophète a dit dans un hadith « Et même un homme aux cheveux crépus et poussiéreux, s’il demande ce qu’il veut à Allah, Allah le lui accorde » car Allah regarde les cœurs et sait ce qu’ils contiennent.

Donc, quand quelqu’un vient voir un Walî, parmi les awliyas ils savent de quoi il retourne : une personne inconsidérée par les autres qui la croient insignifiante parce qu’elle n’aurait pas de connaissances reconnues ou ne seraient pas dans la proximité des gens importants… Cette personne peut parfaitement être honorée par les Awliyya et être invitée à s’asseoir près d’eux à leur droite, car ils voient la lumière sur le front et dans le cœur de cet être, et ils observent l’humilité qu’a cette personne. Et le beau parfum qui vient de cette personne est celui du bon comportement et du bon caractère. Et une personne peut bien avoir un haut niveau et tout le monde se l’imagine important, respecté… Et le Sheikh peut ne lui donner aucune importance : il regarde les cœurs et ressent leur parfum.

Cela arrive souvent que Mevlana Sheikh appelle quelqu’un et lui dit « assis toi ici près de moi. » Et tant de gens présents, pour eux cette personne ne représente rien et ils croient « Oh pas de turban _ il est malade !... Pas de barbe_ une autre maladie… !... etc. Jusqu’à le rejeter ! » Car ces gens ne portent en eux que l’écorce des réalités et non pas le fruit qui se trouve à l’intérieur…

Je vais vous donner un exemple… Mevlana Sheikh est hanafi et fait sa prière en fonction de cette école notamment par exemple pour les règles de récitation de la Fatiha : il y a des pauses à faire et à ne pas faire selon les endroits des versets. Les gens prient derrière lui mais certains vont se battre avec les autres car certains sont de l’école shafii qui a une récitation différente… Et certains disent alors « votre Fatiha est mal récitée… » et ils commencent à se battre et à s’exclure les uns les autres de la Tariqat, à s’accuser de tous les maux.

Le problème est que ces gens ne tiennent qu’à l’apparence des choses et n’apprennent pas en profondeur. Ils ne vont alors pas comprendre certaines subtilités… Mevlana Sheikh peut appeler untel ou untel et cela peut étonner les gens car lui regarde le cœur, alors qu’eux ne font attention qu’à son apparence.

Un jour, j’étais à Londres… La plupart des mosquées sont de tradition des Ahl Sunna Wa Jaama et de tradition soufie. Une fois, j’ai demandé à Sheikh Maruf combien il y avait de mosquées soufies : 23 sur 25 quasiment. C’est très différent des États-Unis : dans ces lieux, les gens savent.

… Il y a des gens qui ont été mécontents de notre voyage à cette période et se sont organisés pour aller voir Mevlana Sheikh Nazim. C’était il y a deux ans. Ils sont allés en délégation auprès du Sheikh. J’étais étonné car j’ai reçu un appel qui me disait « untel et untel sont allés visiter Sheikh Nazim… Le savais-tu ? » J’ai dis « non »… Ces gens étaient trois. L’un d’eux a apporté un livre à Mevlana Sheikh qu’il a publié, lui déjeunait le jour en question dans ses appartements. Et quelqu’un est allé voir Mevlana et lui dit « Mevlana ! Il y a untel »… Mevlana ne s’en souciait nullement, mangeant très doucement… Comme s’il n’entendait pas… Alors que quand il veut, il entend très bien !!... Autrement, c’est impossible de lui parler !...

Mevlana finit par dire « untel entre uniquement » Car c’est les appartements de la famille… Cet homme est donc entré et on lui dit « c’est Sheikh untel »… Mevlana dit « oh ! Tu es Sheikh ! … Sheikh de quoi ? Sheikh des animaux !? » … Il lui a causé un moment difficile… et cet homme était ballotté de ci et de là !... Puis Mevlana lui dit « Tu peux me voir après Dhor » car l’homme voulait lui parler. Après l’adhan, Mevlana alla à la mosquée avec tout le monde… puis il fit la sieste !... Il pria Dhor très doucement… Puis il se rendit dans sa petite pièce où il reçoit les visiteurs… Puis ces gens finirent par le voir, tous les trois. Ils donnèrent un livre à Mevlana qui dit « Qui va comprendre ceci ? Personne !... Ca n'a aucun sens de le donner aux gens ! Ca ne sert à rien !... » Les Awliyya se fichent de savoir qui est qui… Il lui causa un moment très difficile… Puis il lui dit « Ce livre, personne ne peut le comprendre si ce n’est une seule personne…. Tu viens d’où ?? _ États Unis _ Bien, tu donneras ce livre à Sheikh Hisham, il est le seul à comprendre ce livre… !» …

C’est de cette façon que les Awliyyas observent et savent comme le Prophète dit « Celui que vous considérez n’être rien, est tout [pour nous]. » Latu hakira marufan _ Faites le bien même si c’est une goutte !... C’est pourquoi il nous dit d’avoir toujours sur nous de la monnaie, car si vous voyez un SDF ne regardez pas à sa couleur ou sa religion : donnez !... Ne mésestimez aucune bonne action car vous ignorez où est la Baraka… Cette Baraka peut vous sauver de nombres de problèmes ! … Vous ne savez pas : ce pourrait être un Awliyya ou un Ange qui vous test ! Qu’en savez-vous… Les gens passent devant les SDF et ne donnent rien… Gardez toujours de la monnaie sur vous pour leur donner !... S’ils mendient ou qu’ils nettoient les vitres de vos véhicules, c’est qu’ils sont dans le besoin… Vous ni moi ne faisons cela, mais eux oui car ils en ont besoin

A Londres, ils ont dans une mosquée des boîtes pour Sadaka… Ils collectent près de 300 Livres par semaine au vendredi. Un jour, ils sont allés voir Mevlana et ont dit « La boîte de sadaka a été brisée et tout l’argent a disparu ! » Mevlana a dit « Al Hamdulillah !... C’est parti à la bonne personne… Bien, c’est une leçon pour tous : gardez ouverte la boîte de sadaka et celui qui est dans le besoin prend… » Car dans ce cas, l’argent va à la bonne personne : si vous le donnez à quelqu’un qui doit la gérer, vous ne savez pas si cet argent va à la bonne personne ou non…

Ils ont donc gardé ouverte les boîtes jusqu’au départ de Mevlana pour Chypre… Ainsi, les Awliyya regardent le cœur…

Afin de s’assurer que votre décision d’entrer dans la Tariqat est réelle… _ entrer est facile, mais la quitter est difficile : ce n’est plus de votre décision, car vous êtes dans la main du Sheikh mais il ne vous le montre pas. Le Sheikh est tenu de vous donner le meilleur des apprentissages et si vous fuyez, ils vous atteignent par le cœur. La Baya est comme de l’énergie… Ces gens qui ont des bracelets électroniques : les Awliyyas vous détectent de la même façon dès que vous prenez Baya, vous ne pouvez fuir : ils peuvent vous voir et vous entendre. Et ils vous suivent et peuvent vous atteindre quand ils veulent.

Dans la Tariqat, vous devez savoir que celui qui entre dans la Naqshbandiyya doit observer chacun de ses souffles [Hosh dar dam]: la manière dont il respire, si elle est conforme à celle d’Allah et Son Prophète ou non. Ce n’est pas simple. Notre niveau est celui des « enfants » : les mourides portent des responsabilités, pas les enfants ! Il vaut mieux pour vous d’être donc des enfants plutôt que des gens qui portent des responsabilités !... Aujourd’hui, nous courrons après Dunya totalement !... En Ouzbékistan, en 2001 je suis allé dans le pays et j’ai vu une vie si simple. Subhan Allah !... Les gens vivent comme il y a 1000 ans, leur façon de se vêtir, de se nourrir, l’absence d’électricité… Une vie si simple et ils sont d’une telle pureté en leur cœur. De nos jours, la pureté et la sincérité a disparu.

Celui qui entre doit donc porter une attention sur la manière dont il inspire et expire… Les Anges portent nos prières à Allah et Sa Divine Présence, car vous-même vous ne pouvez le faire. Si les Anges sentent une mauvaise odeur, ils ne montent pas la prière en Divine Présence. Le hadith du Prophète l’indique : le Prophète priait Tarawih en Ramadan. Djibril lui « Ya Rassul Allah ! Je ne peux descendre _ car le prophète attendait que les Anges viennent emmener la prière _ car parmi tes Sahabas, certains ont mangé des oignons à Magrheb… Les Anges sont très sensibles à l’odeur et ils ne pouvaient porter cette odeur… Les Sahabas se sont donc éloignés pour que les Anges puissent descendre… »

Et ici il s’agit de l’odeur physique… Et qu’en est-il alors de l’odeur spirituelle ! Les Sahabas avaient une belle odeur spirituelle… Notre odeur quant à nous, vous ne pouvez la connaître. Tout dépend de ce que vous avez fait aujourd’hui, à chaque moment : vous devez observer vos actions. Si elles sont dans la Voie d’Allah, elles portent une belle odeur, autrement elles portent une mauvaise odeur !

Vous ne pouvez vous tenir debout contre la Sunna tun Nabi sauf si vous avez une très grande excuse… Aujourd’hui, il y a tant d’excuses… Mais nous élevons nos enfants de manière à ce qu’ils ne s’en rendent même pas compte. Le Prophète a dit que celui qui ne se lave pas après les toilettes ira en enfer. Il y a 106 mauvaises manières mentionnées dans le livre [de Grand-Sheikh].

Ainsi, celui qui entre dans La Voie doit observer entièrement son corps physique à chaque instant et tout son être spirituel à chaque instant et il doit concentrer tout cela dans la Voie pour laquelle cela a été créé. Vous devez apprendre l’Adab de la Tariqat, apprendre de votre guide, écouter ses conseils et comprendre ce pour quoi votre corps et votre âme ont été créés, comprendre toute part de votre être afin de vous diriger au mieux. Cela uniquement si vous voulez être réellement faire parti de l’Ordre Naqshbandi lorsque vous y entrez.

Si tous les Awliyya mettaient leur pouvoir, leur connaissance et leur adoration étaient ajoutées ensemble du début de Dunya jusqu’à sa fin, ils ne seraient qu’une très petite goutte de l’Océan de Sayyidina Muhammad !...

Les Awliyya savent que leur relation au Prophète n’est même pas une goutte et ce même s’ils ont adoré toute leur vie… Ils resteront d’un degré très éloigné du Prophète !... Ils savent dès lors qu’ils doivent se soumettre et ne pas se considérer quoi que ce soit ou s’élever !... Aujourd’hui, tant de savants s’imaginent avoir un savoir à cause de leurs diplômes… Mais même les Awliyya tous ensembles n’ont pas une connaissance qui soit au-delà d’une plus petite goutte de l’océan de connaissance du Prophète.

Les Awliyya dénotent 16 différents niveaux d’Adab que le mouride doit présenter envers son guide et que le guide doit présenter au Prophète.

Les 3 premiers niveaux sont les principaux plus importants : les 13 ensembles ne sont pas aussi importants que ces 3 premiers niveaux de discipline. Ils sont les principaux piliers de la Tariqat et de la relation du Sheikh au Mouride. Si vous délaissez ces 3 niveaux, pour les Awliyya c’est comme si vous aviez quitter l’Islam.

Le 1er Adab que vous devez toujours avoir devant vous : vous devez vous en rappeler absolument. Le mouride doit savoir et doit croire : s’il n’a pas cette conviction en lui, il n’est pas tout à fait sur le bon chemin. Vous devez comprendre et savoir quel est votre porte. Le mouride doit avoir foi dans le fait que son guide sait mieux que lui et plus que lui au sujet de lui-même : il doit admettre que le Sheikh en sait davantage sur sa personne que lui-même n’en sait sur soi. Autrement, il n’est d’aucun intérêt pour le patient d’aller voir le docteur s’il ne le croît pas mieux placé que lui pour lui indiquer la médecine qu’il lui faut. Vous devez donc admettre que votre Sheikh est bien plus connaissant que vous en ce qui vous concerne.

Le mouride doit croire que le Sheikh sait plus que lui au sujet de son esprit, de son âme : il doit comprendre toutes les minuscules informations ou pensées présentes dans votre cerveau. Le Sheikh doit pouvoir décoder et lire l’esprit du mouride : il va cacher ce savoir et va le dévoiler peu à peu. Et la conviction doit être que le Sheikh sait ce qui est bénéfique pour soi.

Le Sheikh sait pour chacun _ tous sont de degrés différents _ quelle pensée est dans l’esprit du mouride, et ce qu’elle porte de secrets, d’ordres, d’interdits et d’autorisations. Le Sheikh doit être plus connaissant sur le mouride à son propre sujet 59 fois. Nous ignorons le sens de ce chiffre.

Le mouride doit se considérer complètement ignorant : vous ne pouvez vous asseoir près du Sheikh avec votre ignorance, ce qui veut dire que vous restez assis et vous vous taisez. Vous êtes ignorants de tout ce que le Sheikh fait. Vous voyez une chose que vous ne comprenez pas : pourquoi le Sheikh traite untel de telle façon et pas moi… Pourquoi le Sheikh permet-il à untel de s’asseoir près de lui et pas moi !... Pourquoi le Sheikh permet il untel d’entrer et pas moi… Pourquoi le Sheikh donne t il une sohbat à untel et pas à moi… Pourquoi le Sheikh fait il entrer untel et pas moi…

Toutes ces choses sont des maladies pour le mouride !... Le Sheikh utilise certainement les mourides pour que ces derniers soient instruments les uns les autres et pour que ces pensées disparaissent de l’esprit du mouride… Vous êtes plus proches du Sheikh que ces gens qui sont présents à lui (physiquement) et même ceux qui sont tout le temps présents près de lui… C’est pourquoi il est dit « Trop de proximité au Sheikh est comme la proximité au feu »

C’est comme si vous allez à la Mecque, une prière est considérée comme 1000, et à Madinah il est dit qu’elle compte pour 1000 également, et d’autres sources citent 10 000 ! Mais il est dit également de la part de nombre de Sahabas qu’une mauvaise pensée envers quelque chose ou quelqu’un non concrétisée par l’acte n’est pas inscrit en tant que tel : car il s’agit d’une pensée non exécutée. Mais à Madinah et à la Mecque, si vous avez une mauvaise pensée elle est inscrite d’office : tout de suite. C’est pourquoi il est conseillé – car tant de gens disent « je veux aller au haram et m’asseoir un moment »… mais c’est là que les mauvaises pensées vous assaillent le plus : aussi, vous devez absolument occuper votre esprit avec des salawats ou des prières afin de ne pas vous égarer dans ces choses en présence du Prophète.

Ainsi, être en présence d’un Awliyya est très dangereux… Des gens me disent ainsi qu’à mon frère [Sheikh Adnan Kabbani] « Pourquoi ne venez vous pas visiter Mevlana Sheikh »… Nous n’y allons pas… Nous n’y allons que deux ou trois fois par an maximum et nous restons quelques semaines à peine… Car il faut comprendre que trop de proximité amène la familiarité et vous perdez le respect : vous devenez informel et vous mettez à parler à tord et à travers, à rire et à plaisanter devant le Sheikh…

Les Awliyya ont le cœur occupé avec le Prophète et non pas avec les gens !...

Vous devez savoir que vous êtes donc complètement ignorants ! Une fois que vous en êtes convaincus, vous devez alors vous soumettre entièrement et complètement à ce que vous demande et vous dit Mevlana Sheikh ! Il vous est demandé une soumission particulière : ainsi, il est dit « Notre soumission n’est pas comme celle des autres. La nôtre repose sur le fait que le mouride ne se soumet pas comme un corps mort : cela nous ne l’acceptons pas. _ Un corps mort est soumit. C’est une sohbat très importante [toute la série de trois] car elle vous apprend quelque chose des fondamentaux de la Tariqat. Une personne morte est soumise au chirurgien qui va faire son autopsie. Mais les Shuyuks demandent encore plus de soumission, ils ne veulent pas de cette soumission car la personne ne l’a pas fait totalement. »…

Un hadith du prophète dit « Lorsqu’une personne meurt, Allah Subhanna Taala laisse dans son corps une âme parmi ses dix afin qu’il puisse ressentir : ainsi il sent lorsqu’on le lave si c’est chaud ou froid, il sent lorsqu’on le touche ou qu’on le déplace, ou qu’on le lave… _ Vous devez le déplacer très délicatement car il sent toute chose et veut vous dire _ S’il te plaît, sois miséricordieux avec moi… Ne me déplace pas rudement, lave moi avec de l’eau chaude et non froide… » Les Shuyuks ne veulent pas de cette soumission car ils disent qu’alors dans ce cas les mourides sont comme ces corps morts et continuent de se plaindre.

Et même à cela nous n’y sommes même pas encore arrivés : nous en sommes encore très loin. Nous nous soumettons à nos femmes bien davantage !... Certains sont complètement soumis, d’autres Allah leur a permis de s’en réchapper. Il est compréhensible que vous vous soumettiez à elle !... Mais elles ne se soumettent pas à l’homme et continuent de se plaindre en disant qu’Allah ne leur a pas donné de droit ! Alors qu’Allah leur a donné tant d’honneur… Un peu trop !... Nous plaisantons sur ces choses, c’est bien.

Les Shuyuks ne veulent pas de la soumission d’un corps mort. Les Shuyuks veulent une soumission totale comme celle d’une feuille de l’arbre : à l’automne, la feuille tombe, le vent l’emmène où il veut : elle ne dit rien et va où le vent l’emmène. Si le vent l’emmène dans un feu qui la brûle, cette feuille ne dit rien et se soumet complètement. Voilà la soumission que les Shuyuks vous demandent.

Aussi, si vous voulez réellement être un ou une mouride dans l’Ordre de la Tariqat Naqshbandi de Sheikh Nazim Al Haqqani An Naqshbandi Ad Daghestani qui la prend de Sheikh Abdallah Al Faiz Ad Daghestani qui la prend de Sheikh Sharafuddin Ad Daghestani… et ainsi jusqu’à Sayyidina Abu Bakr et Le Prophète Muhammad, alors vous devez être comme cette feuille portée et ballottée par le vent, emmenée au feu sans aucune plainte.

Ainsi, comme pouvez vous vous considérer du niveau du mouride ou vous clamer mouride ! Le niveau du mouride est celui de la responsabilité, le mouride est un waly, c’est le niveau de sainteté : ce n’est pas un niveau facile. Mais le niveau des amoureux, c’est le niveau de ceux qui sont dans le Jardin d’enfant : ils jouent avec des jouets, et c’est mieux !... Les jouets quels sont ils ?... [Un homme demande « Tasbih ? »… Sheikh Hisham répond « Allahu Akbar !]… Dans le jardin d’enfants il y a tant de jouets, pas de responsabilités…

Mais ces jouets sont dangereux : dans ce degré vous ne faîtes pas de DhikrouLah uniquement, mais vous mélangez le DhikrouLah avec des mauvais comportements, avec des ragots, avec des choses qu’Allah n’aime pas : des mauvais désirs. Ces jouets sont des animaux sauvages, des caractères sauvages… Tous vous jouez avec des tigres, des serpents, des lions, des dragons, des crocodiles etc. avec tous ces animaux sauvages. Les caractères sauvages sont ainsi décrits. En réclusion, le pire des animaux décrit en religion dans le Maqam ul Ihsan vient au Sheikh sous l’apparence du serpent des 4 ennemis de l’Homme : Hawa, Dunya, Sheytan, Ego. Ces ennemis viennent sous l’apparence du serpent pour vous mordre.

En réclusion, la première chose que vous voyez pour être contre vous quand vous vous isolez durant 40 jours ou 60 ou 90… personne autorisé à être avec vous, et vous êtes totalement seul. Vous entrez dans de nombreuses situations difficiles où vous devez combattre les serpents et sans le soutien et le pouvoir du Sheikh, vous seriez mort durant cette réclusion !

Après une réclusion que j’ai faîte, Mevlana Sheikh est venu me chercher et me dit « J’étais inquiet durant 40 jours. Je t’observais à chaque instant, nuit et jour ! J’étais inquiet qu’un de ces serpents te tue et que tu meurs dans cette réclusion »... C’était aussi difficile, et ça l’était bien …

Tous ces caractères sauvages sont comme ces animaux sauvages, et ce sont donc ces jouets dangereux avec lesquels jouent les gens dans le Jardin d’enfant. Et dans ce Jardin d’enfants, il n’y a pas de responsabilités mais vous voulez [à priori] aller plus haut et ne pas rester dans ce niveau.

Le premier Adab est donc pour vous d’avoir une conviction sans conditions et d’avoir foi en le Sheikh : Vous devez avoir Itiqad à 100%.

Grand-Sheikh raconte « Une personne très ordinaire, un homme simple n’avait pas besoin d’être avec les gens mais courrait après l’Océan. Et un jour il lui dit _ Qu’est ce ci ? Le soleil, la lune… Il doit y avoir un Créateur, mais je ne le vois pas !... Il vit dans le désert un arbre et s’assit sous ses branches pour obtenir de l’ombre. En Automne, cet arbuste s’est asséché et avec le vent il s’est envolé. Chaque jour, cet homme priait cet arbre et se prosternait devant lui, et il fut donc dérouté. Il suivit cet arbre en lui parlant « Ou vas-tu ? Pourquoi me laisses-tu alors que je t’adore depuis si longtemps?! »… Il suivit l’arbre qui était emporté jusque dans la mer et il l’y suiva… mais il se mit à courir sur l’eau : il n’existait plus aucune gravité pour le retenir ou le maintenir. C’était un homme si simple et innocent, qui n’avait pas de savoir et qui croyait absolument en ce qu’il avait dans le cœur. Il était totalement et absolument soumis à ce en quoi il croyait : cela l’a sauvé et c’est cela l’Itiqad.

Grand-Sheikh a également raconté une autre histoire pour décrire ce qu’est l’Itikad. Au Daghestan, un homme était appelé à la guerre au temps du Sultan Abdul Hamid contre la Grèce, l’Angleterre et la France. Cet homme croyait au Saint Coran, à la Protection d’Allah. Il vint voir un Sheikh_ Je vais à la guerre !... J’aimerai que tu m’écrives une protection |rokya_tawiz| car je veux être protégé et ne veut pas être tué._ Ce que tu me demandes, je ne peux pas te le donner !_ Comment ça, tu ne peux pas me le donner ! Tu n’es pas un Sheikh ? Tu ne pries pas ? Tu ne peux pas me donner quelque chose venant du Saint Coran que je pourrai gardé avec moi pou me sauver ? _ Mon frère, s’il te plaît laisse moi tranquille. Je ne sais pas ce que tu veux… Je ne peux rien te donner._ Si, tu vas me donner ! Tu es un Sheikh, tu vas m’écrire quelque chose du Saint Coran pour moi et si tu ne veux pas le faire, je te tue immédiatement. __ Grand-Sheikh raconte qu’il était témoin de la scène._ Inutile pour toi d’être Sheikh dans ce cas, mieux vaut pour toi que tu sois mort.___ Le Sheikh prit peur et dit – Très bien ! Je vais te donner quelque chose. Il écrivit sur un papier « Bismilahi ir Rahman ir Raheem… Surat Ikhlas, Surat Al Falaq, Surat An Nas » et lui donna. L’homme le plia, l’embrassa, le mit à l’intérieur de sa poitrine et dit_ Hamdulillah je suis sauvé ! _ Le Sheikh dit quant à lui_Hamdulillah Allah a éloigné ce Sheytan de moi !... L’homme dit alors _ Ok ! …Maintenant, tu vas prendre mon arme et me tirer dessus. Tu m’as donné quelque chose pour que je sois sauf, tu vas me tirer dessus : c’est une preuve que je ne mourrai pas à la guerre ! _ Mon frère ! Je t’en prie ! Tu as insisté bien que je t’ai dis que je ne pouvais te donner ce que tu me demandais… et maintenant tu veux que je te tire dessus !... _ Oui !... Tu m’as donné quelque chose du Saint Coran, et je veux voir si cela va me sauver donc si je dois mourir à la guerre, autant que je meurs ici tout de suite ! Je porte le Coran sur moi ! __ Il avait une très forte foi !_ Si tu ne me tires pas dessus, c’est moi qui vais te tirer dessus !... __ Le Sheikh prit l’arme et tira… La balle vint toucher la poitrine de l’homme à l’endroit de l’inscription des versets, et tomba à terre : il n’avait rien du tout. ___ L’homme voulut que le Sheikh prenne l’inscription sur lui pour lui tirer dessus et voir si lui sa foi était aussi forte, s’il était réellement Sheikh. A ce moment là, Grand-Sheikh intervint et dit au jeune homme _ Laisse le Sheikh tranquille. Laisse-le. Tu vas le tuer…

Le Sheikh n’avait pas l’Iman de cet homme. La foi va vous sauver, c’est elle qui va vous guérir : le Sheikh va prier pour vous, mais c’est Allah qui va vous sauver ou vous guérir à cause de la force de votre Foi et de la force de votre Croyance. C’est votre Croyance absolue en Allah Subhana Taala qui va faire qu’IL va vous sauver ou vous guérir : si vous avez un problème, le Sheikh va prier pour vous ou vous donner quelque chose pour votre mal mais c’est votre foi en ALLAH qui fait la différence : si vous croyez qu’Allah Subhanaa Taala va vous sauver ou vous guérir, alors c’est cela qui vous sauve ou vous guérit. C’est pourquoi il vous est dit que vous devez avoir absolument foi que vous êtes totalement ignorant et que quoique vous ayez besoin le Sheikh le sait, le voit et est le mieux placé bien au-delà de vous pour vous indiquer ce dont vous avez besoin.

Ainsi, le premier principe est la Croyance absolue [Itiqad] et la Soumission.

Le principal message donné par le Prophète à la Umma :

D’abord de vous soumettre à Allah, puis de rester sur la Voie Droite, La Taqwa _ Sincérité et la Piété, puis Ad Tawfiq – Le Succès [dans la conformité], puis « manger halal » et ici il ne s’agit pas seulement de parler de la viande ou autre… Tant d’autres choses que vous manger doivent être halal et ici nous parlons de se dévorer les uns les autres : « Qui aimerait manger de la viande de son frère mort ? » dit Allah dans le Saint-Coran. Ne vous médisez pas les uns les autres : gardez vous en, gardez vous de la confusion, des ragots, des rumeurs, des mauvaises caractéristiques… C’est comme si vous mangiez de la viande de vos frères et sœurs.

Qu’Allah nous pardonne.

Fatiha.